• TefFrance

...de châteaux disparus, Flers-sur-Noye et Villers-Tournelle.


lLa deuxième guerre mondiale détruisit plusieurs châteaux dans la Somme. Si certains furent remplacés par des demeures modernes (Brocourt, Drucat, Moyenneville, Vauchelles, Wacourt ou encore Woirel), d'autres ne furent pas relevés : si à Oissy les murs du rez-de-chaussée ruiné ont été conservés (et sont aujourd'hui inscrits aux MH) d'autres ont aujourd'hui complètement disparus (Allonville, Boismont, Condé-Folie, Forceville-en-Vimeu...).

A Flers-sur-Noye, jalousement masqués par de hauts et élégants arbres, se dressent encore quelques murs du château construit au milieu du 18ème siècle.

Le château en 1920

Le château de Flers fut construit en 1740-1746 par Pierre-Louis du Bos. Ce dernier avait épousé Marie-Louise-Françoise de Fransures dont le père Louis-Roger, chef d'escadron des armées navales avait ramené des îles des bois avec lesquels furent réalisés, pour un salon, de beaux lambris Louis XV.

Les du Bos conservèrent le château de Flers jusqu'en 1921, date à laquelle il fut vendu.

Occupé pendant la seconde guerre mondiale, il fut accidentellement incendié en 1944 peu après la Libération et ne fut pas relevé. Il en subsiste toutefois, environnés des beaux arbres de son allée et d'autres plantés par la suite, quelques pans de mur du rez-de-chaussée et sur la droite une partie des dépendances, fort bien restaurées et remises en valeur, dont un imposant colombier.

Le château vu d'en haut en 1834 (ci-dessus, les parties subsistantes sont marquées en rouge) et en 2010

Le château était une belle demeure orientée NO-SE, composée d'un corps de logis marqué par un avant-corps central surmonté d'un fronton semi-circulaire et flanqué d'ailes latérales en légère saillie du côté de l'arrivée (la façade sur le parc était rectiligne). Les façades étaient en briques, la pierre venant encadrer les ouvertures et marquer, par des chaînes à refends l'avant-corps central et les ailes latérales.

Avant-Après, les murs subsistants du château sont entourés en rouge

(la partie en pointillée n'est pas visible sur la photo)

On ne peut parler le château de Flers-sur-Noye sans évoquer celui de Villers-Tournelle avec lequel il présentait quelques analogies. Mais si le style en était proche, il en différait toutefois sur certains points : il avait été en effet construit entièrement en pierre, les frontons des avants-corps centraux étaient triangulaires. Comme pour Flers, le château comportait des ailes latérales saillantes côté cour (la façade était rectiligne sur le parc).

le château de Villers-Tournelle avant 14/18, la façade Ouest sur le parc

Il avait été construit une dizaine d'années plus tard par Antoine-Joseph-Didier de Fransures après son mariage en 1759 avec Angélique Véramy de Varennes (Antoine de Fransures qui n'était autre que le beau-frère de Pierre-Louis du Bos, le constructeur du château de Flers). A l'intérieur, le grand salon conservait (comme pour Flers) de belles boiseries Louis XVI exécutées à partir de bois ramenés des îles par son père Louis-Roger.

Lourdement endommagé en 14/18, il ne fut pas restauré ; il n'en subsiste aujourd'hui qu'un très beau colombier en pierre près de son emplacement laissé libre et devenu pâture.

plan de la commune en 1837 & vue aérienne en 2010 (avec en rouge le pigeonnier subsistant)

et ci-dessous, le pigeonnier et l'emplacement du château en 2018

* Sources :

- Châteaux disparus de la Somme, Christian du Passage, 1987 CRDP d’Amiens

- Gentilhommières en Picardie, Amiénois et Santerre, Philippe Seydoux, 2002, éditions de la Morande

- M. Gérard Van Belle

#patrimoine #château

373 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout